Fonctionnement du Groupe GAMUA

Il nous a été de nombreuses fois demandé comment fonctionne ce groupe, et comment éventuellement participer ou devenir membre permanent.

Ces questions sont importantes, car les réponses impliquent une compréhension des phénomènes spirites, et d’un bon environnement de travail propre à la fonction de ce groupe.

Le groupe GAMUA est un groupe d’Aide aux Esprits souffrants, ce qui implique une grande stabilité vibratoire de la part des membres. Cette stabilité est atteinte par une Union mentale complète de l’ensemble de ses membres par le biais de la prière dans un premier temps, et d’une vibration harmonieuse commune dans un second temps.

Pour mieux comprendre, la prière constitue un acte télépathique exprimant une émotion, un désir, un sentiment profond, ou bien une requête, adressée au monde spirituel (d’autres Esprits, le Christ, DIEU, selon les croyances). La prière en elle-même constitue déjà une vibration, car elle traduit un sentiment très fort qui est converti en une énergie d’amour utile aux soins des Esprits souffrants. Par la prière, il est également demandé de l’Aide auprès du monde spirituel d’assister ces Esprits dans la difficulté.

Dans un deuxième temps, l’ensemble du groupe émet une vibration à l’unisson, dans la plus grande harmonie, en effectuant une ‘visualisation mentale’ commune. Cette visualisation commune a pour but de nous aider à être synchronisés dans l’émission de cette énergie d’amour.

Comme vous pouvez le constater, l’harmonie est le maître mot. C’est la raison pour laquelle, le groupe nécessite une certaine stabilité et une union parfaite de ses membres qui ne font plus qu’un au moment de produire ces vibrations. Dans le cas contraire, l’action serait désordonnée, et ne produirait pas de résultat efficace. La pratique de ces vibrations requiert beaucoup de discipline, de pratique, et surtout d’Amour.

Au cours d’une réunion, le protocole généralement adopté est le suivant :

  1. Lecture d’un passage d’un ouvrage d’Allan Kardec ou de ses continuateurs, au hasard. Un membre du groupe lit à haute voix, permettant ainsi aux autres de s’harmoniser avec lui, commençant le début de la stabilité énergétique recherchée. Cette lecture ne doit pas être commentée, mais à pour simple but de d’établir une union mentale, et d’élever les vibrations. A partir de ce moment, le silence est fait, sauf pour les prières, et ce jusqu’à la prière suivant la phase médiumnique.
  2. La Prière d’ouverture est ensuite dite par un membre du groupe à voix haute. Les autres membres s’harmonisent avec celle-ci  par la pensée, consolidant la stabilité énergétique du groupe, et coordonnant son désir d’aide et de protection. Au cours de cette prière, sont exprimées toutes les demandes concernant les Esprits souffrants en général, ou bien en particulier si des cas spécifiques sont d’actualité. Le plus important dans cette phase, est la recherche d’Unité, et non la forme liturgique de celle-ci. Seuls comptent l’intention, le désir profond d’aide, qui reste commun à toutes les croyances. La prière spirite ne peut être assimilée à une prière strictement judéo-chrétienne, ni à aucune autre religion. Les mots ne servent qu’à traduire dans la plus grande simplicité le sentiment de chacun des membres unis comme un seul. On ne doit donc pas s’attacher à la forme de la prière, mais plutôt à la signification profonde de l’acte et ce qu’il représente dans le contexte. Le cas échéant, si trop d’importance est donnée à la forme, le risque de désunion est important à cause d’éventuelles différences de sensibilité ou de croyance des membres du groupe, et l’harmonie complète ne pourra pas être atteinte.
  3. Sans transition, et à l’issue de la prière, commence une phase dite de visualisation, ou de vibration commune. Au cours de cette phase, tous les membres envoient simultanément une vibration d’Amour. Cette vibration est obtenue le plus souvent en visualisant une image identique pour tous les membres (boule de lumière par exemple, et sentiment d’amour). Cette phase peut durer un certain temps, allant jusqu’à une dizaine de minutes. Progressivement alors, les membres sortent de cet état de vibration.
  4. Toujours sans transition, et dans le silence, commence alors la phase médiumnique. Le ou les médiums se mettent en attente d’un éventuel message. L’échange médiumnique n’est pas systématique. Dans le cas où il se produit, le groupe reste concentré pour appuyer l’action du ou des médiums. Le responsable de séance recueille progressivement les écrits, et surveille le bon déroulement de l’échange médiumnique. Dans le cas d’une incorporation, le responsable de séance effectue un enregistrement pour faciliter la retranscription ultérieure du message. Le groupe reste concentré jusqu’à la fin des échanges.
  5. A l’issue de cette phase médiumnique, la prière de clôture de la première partie est dite, selon les mêmes principes que la prière d’ouverture, ajoutant éventuellement des demandes liées à des informations ou des requêtes précises reçues lors de l’échange médiumnique.
  6. Ce n’est qu’à partir de ce moment, que l’échange et les discussions peuvent avoir lieu, dans une ambiance plus décontractée. Les messages éventuels sont lus et analysés. S’il n’y a pas eu d’échange médiumnique, chacun peut aussi commenter la séance, ce qu’il a ressenti, ou bien parfois il peut être décidé de commenter la lecture faite au début de séance, ou bien un autre passage de lecture.

En général, l’ensemble de la réunion dure 1 heure. Il peut toutefois arriver qu’en fonction de la densité des informations reçues, ou de la nature des manifestations, que celle-ci dure plus longtemps.

Au vu de ce qui a été exposé ici, il est facile de comprendre qu’on ne peut pas intégrer de nouveaux membres très facilement.

Tout d’abord, la nature de ce groupe nécessite d’être familiarisé avec la connaissance et les phénomènes spirites.

Ensuite, il est plus facile de synchroniser 8 personnes que 20, impliquant un nombre critique maximum de membres pour permettre une meilleure cohésion. L’expérience nous a montré que 8 est un bon nombre, 6 membres restant selon nous la meilleure formule. Au-delà de 8, un effort important doit être fourni par les membres pour conserver unité et cohésion. Dans l’éventualité d’un nombre plus important de personne, il a toujours été envisagé de créer un second groupe GAMUA.

Enfin, intégrer une nouvelle personne nécessite de recréer un nouvel équilibre de l’ensemble, et cela peut prendre du temps.

Tous ces facteurs ne signifient pas que GAMUA n’accepte pas de nouveaux membres, mais simplement qu’une intégration ne peut se faire du jour au lendemain. Ce groupe est donc au sein de l’association SEDPS considéré comme un groupe non ouvert au public, mais que l’on peut intégrer avec de la patience et des efforts.